Nouveau SAEC

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Reprises Entraînements : Pour la catégorie EA les entraînements reprendront le samedi 20 septembre 2014 au stade Verdavaine à 13h30. - Pour la catégorie PO, les entraînements reprendront le mercredi 17 septembre 2014 au stade Verdavaine à 18h00. - Pour les catégories BE, MI, les entrainements reprendront le mercredi 10 septembre 2014. - Pour les athlètes autonomes, le stade Verdavaine sera ouvert exceptionnellement le mardi 26 au vendredi 29 août 2014 ensuite à partir du lundi 1er septembre réouverture aux horaires habituels. Reprise officielle des entraînements au stade Verdavaine pour les catégories CA - JU - ES - SE - VE à partir du mardi 2 septembre 2013. (contactez votre entraîneur pour plus de précisions).

Les sports d'endurance prédisposeraient au pace-maker

Envoyer Imprimer PDF

Les athlètes sont considérés comme les membres les plus sains de la société et pourtant, paradoxalement, l'incidence des arythmies quelles soient bénignes ou pathologiques, est connue pour être plus élevée chez les athlètes, surtout chez les athlètes les plus âgés. En effet, il y a de plus en plus une augmentation du nombre de personnes participant à des manifestations d'ultra-endurance. Par exemple, chaque année, il y a plus de 500 marathons en Europe et en Amérique, et plus d'1 million de participants, chiffre qui augmente d'au moins 5% chaque année.

Or des données récentes suggèrent que les participants à des épreuves d'endurance extrêmes tels que les marathons, ultra-marathons, triathlons Ironman et courses cyclistes de longue distance peuvent induire le remodelage pathologique du cœur et potentiellement créer un substrat d'arythmogénèse.

La bradycardie sinusale, définie par une fréquence cardiaque au repos inférieure à 60 battements/ mn est le trouble du rythme le plus fréquent en réponse à l'entraînement. La  fréquence cardiaque peut même descendre à 30 battements /mn  voire encore moins la nuit. La bradycardie est généralement une adaptation physiologique bénigne pour maintenir un débit normal à la pression sanguine malgré l'augmentation induite par le volume systolique. Cependant cela peut devenir pathologique en cas de maladie du noeud sinusal.

Une forte implantation de pacemaker a de ce fait été rapportée chez les anciens cyclistes professionnels qui présentent souvent un syndrome de bloc du noeud sinusal et il s'avère que l'implantation de pacemaker pour bradyarrythmie est plus fréquente par rapport à un groupe témoin. De même, une forte incidence de l'implantation du stimulateur a été rapportée chez les marathoniens vétérans ayant pratiqué des années de sport d'endurance.

Le Dr Alicia D'Souza, de l'université de Manchester et auteur principal de l'étude a déclaré : « En fait, le stimulateur cardiaque change en fonction de l'exercice physique et en particulier il y a une baisse d'une protéine régulatrice importante, connue comme HCN4, et celle-ci est responsable du faible rythme cardiaque. »

Les changements moléculaires se produisant dans ce stimulateur naturel pourraient expliquer le fait que de nombreux sportifs font des malaises. Des conséquences différentes entre jeunes athlètes et athlètes séniors.

Selon le professeur Mark Boyett, chercheur principal de l'étude, ces résultats sont importants, car si la faible fréquence cardiaque au repos ne pose pas de problèmes pour les jeunes athlètes, les athlètes seniors avec une longue carrière sportive sont eux plus susceptibles de développer une arythmie. « Bien que les sports d'endurance peuvent avoir des effets néfastes sur le cœur, cela est largement compensé par les effets bénéfiques », a tenu à préciser le chercheur. 

Brefd, il est donc conseillé une surveillance accrue chez nos vétérans.

 


Pour plus d'infos

Exercise training reduces resting heart rate via downregulation of the funny channel HCN4. D’Souza et al. Nature Communication 5, Article number: 3775 doi:10.1038/ncomms4775 Published 13 May 2014

jogging et arthrose de hanche

Envoyer Imprimer PDF

Contrairement à une idée reçue bien ancrée, le jogging ne serait pas pourvoyeur d'athrose de hanche alors que la randonnée le serait.

Cette étude californienne bien conçue a évalué 74 752 coureurs et 14625 marcheurs. Elle a montré que la pratique de la course à des niveaux raisonnables réduit aussi bien le risque de survenue de coxarthrose (athrose de hanche) que la nécessité ultérieure à une arthroplastie (remplacement de la hnache par une prortthèse) alors que des exercices réputés plus bénins comme la randonnée l'augmenterait.

 

WILLIAMS, P. T. Effects of Running and Walking on Osteoarthritis and Hip Replacement Risk. Med. Sci. Sports Exerc., Vol. 45, No. 7, pp. 1292–1297, 2013

La pratique d'une activité physique modérée favorise davantage un mode de vie sain qu'une pratique intensive

Envoyer Imprimer PDF

Une nouvelle étude danoise publiée dans la revue Scandinavian Journal of Public Health vient de révéler des résultats surprenants : la pratique d'une activité physique modérée motive davantage les sujets à adopter un mode de vie sain qu'une pratique intensive.

Pour les besoins de l'étude, les chercheurs de l'Université de Copenhague (Danemark) ont surveillé un peu plus de 60 hommes danois en léger surpoids mais en bonne santé, pendant 13 semaines. Les hommes ayant pratiqué une activité physique 30 minutes par jour ont perdu en moyenne 3,6 kilogrammes au cours de ces trois mois, contre 2,7 kilogrammes seulement pour les personnes ayant fait du sport pendant une heure.

Par le biais d'enquêtes qualitatives, les chercheurs ont déterminé les raisons à l'obtention de ces résultats. Les sujets du groupe à l'étude ayant pratiqué une activité physique modérée ont fait état d'une énergie accrue et se sont déclarés plus motivés et plus disposés à faire de l'exercice, et à adopter un mode de vie sain, au quotidien. Ils prennent les escaliers, rallongent la promenade de leur chien ou partent travailler à vélo. En revanche, les hommes ayant pratiqué une activité physique une heure par jour se sentaient, après l'entraînement, épuisés, démotivés et moins ouverts à un changement en faveur d'une vie saine.

« Les données qualitatives offrent une explication possible à ces données biologiques surprenantes. Nous constatons par conséquent qu'une pratique physique modérée a une influence considérable sur les activités quotidiennes des sujets », a affirmé l'auteur de l'étude, Astrid Jespersen.

 

Gram AS, Bønnelycke J, Rosenkilde M, Reichkendler M, Auerbach P, Sjödin A, Ploug T, Jespersen A, Stallknecht B. Compliance with physical exercise: Using a multidisciplinary approach within a dose-dependent exercise study of moderatelyoverweight men. Scand J Public Health. 2013 Sep 16

Plus d'articles...

Paiement par CB

Dernière mise à jour

Dimanche 19 Octobre 2014 à 15:04

Qui est en ligne ?

Nous avons 12 invités en ligne

Visiteurs

Bienvenue sur le site !

visiteurs depuis le 01/09/2002.

vous etes ici : Doc & Run